Scroll To Top

La jeunesse du Pape

Publié le 30 Août 2011 à 13:34 Église Aucun commentaire

«Pardon monsieur, mais vous faites erreur : je n’ai commandé que le menu à un seul ticket. Ça c’est le dessert prévu pour ceux qui ont donné deux tickets».

Le serveur du Westin Palace de Madrid n’en croit pas ses oreilles : c’est bien la première fois qu’un client lui refuse un bonus. Mais il est vrai que depuis quelque temps ses repères ont considérablement changé… Tout a commencé il y a trois jours exactement, lorsqu’une foule de plusieurs centaines de milliers de jeunes a envahi les rues madrilènes pour les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ).

Marc Lannoy, le directeur général du Palace, avait prévenu l’ensemble du personnel il y a quelques mois : le Westin Palace participerait à l’opération tickets-repas des JMJ. Objectif : douze mille couverts en cinq jours ! Dans un hôtel où le café est proposé à huit euros, l’offre avait de quoi faire sourire. La salle de réception allait donc être mise à disposition des pèlerins avec deux formules possibles : pour tous boisson (non alcoolisée) à volonté, puis pour un ticket JMJ un plat seul, pour deux tickets plat et dessert.

A dire vrai, tout au long des ces journées d’août les madrilènes n’ont pas manqué de surprises.

Peut-être faudra-t-il un jour écrire ce qui pourrait être le livre des fioretti des JMJ. Dans ce cas, on n’omettra pas de raconter la drôle d’aventure vécue par ce policier madrilène habitué aux soirées arrosées et violentes des fins de match du Real. Oui, on avait bien crié « viva la policia ! » devant lui et il avait bien arrêté – à lui tout seul, sans casque et sans matraque – une horde de jeunes dévalant la calle de Alcala ! Et ce taximan, s’avouant athée, qui reconnaissait que c’était bien la première fois qu’il voyait un rassemblement d’une telle ampleur sans coma éthylique ni violence urbaine. Ou ce pompier qui faisait le lien entre les récentes émeutes de Londres et les JMJ. Ici, les canons à eau ne servent pas à disperser la foule… bien au contraire !

Retour au Westin Palace. Dans la grande salle de réception, les serveurs s’activent autour des tables. Les couverts sont en argent, les assiettes gravées à l’effigie du Palace. Maria me confirme : « non mon Père, je vous promets, nous n’avons eu aucun vol depuis trois jours ». « Comment vous dire, rajoute un maître d’hôtel, cette clientèle est… rafraîchissante ! Nous sommes plus habitués à des clients pressés, préoccupés et parfois un peu capricieux. Quelle joie de servir des jeunes qui disent merci et bonjour ! ».

Esta es la Juventud del Papa ; voilà la jeunesse du Pape !

Décidément, les JMJ font mentir le cliché qui vise à affirmer que les jeunes ne sont qu’une population à problèmes. Les villes de Toronto, Rome, Sydney, Paris, Cologne qui ont organisé des JMJ en leur temps devraient le savoir : mais peut-être ont-elles oublié ?

Le plus extraordinaire, c’est que les JMJistes viennent de tous les milieux sociaux et de tous les pays. Et que ces jeunes ne sont pas des saints, loin de là ! Mais osons le dire : ces rassemblement sans heurts ni violences sont vécus par des observateurs étrangers comme de petits miracles. C’est là, peut-être, un enjeu des JMJ : mener ceux qui regardent et écoutent cette joyeuse manifestation de Foi (il y avait 4700 journalistes accrédités aux JMJ de Madrid) à se poser d’autres questions.

Lors de la béatification de Jean-Paul II à Rome, un journaliste me faisait remarquer que pour accepter de faire 46 heures de car en deux jours, soit j’étais fou soit « il y avait un truc ». Avec tous les jeunes des JMJ de Madrid je confirme : oui, il y a un truc !

À propos de l'auteur :

Abbé Pierre Amar

Abbé Pierre Amar

Diocèse de Versailles, ordonné en 2002. Licencié en droit et en théologie. Auteur de "Internet, le nouveau presbytère" (Artège, 2016) et "Hors Service" (Artège 2019) et de divers spectacles (Jean-Paul II, Charles de Foucauld, Madame Elisabeth). De 2013 à 2018, il anime l'émission "Un prêtre vous répond" sur Radio Notre-Dame. Depuis sept. 2019, il répond à "Pourquoi Padre ?" sur KTOtv.