Scroll To Top

Les prêtres : le nouveau cd de TF1 Music

Publié le 02 Avr 2010 à 00:00 Culture Aucun commentaire

A l’occasion de l’année sacerdotale, et pour soutenir deux projets, l’un humanitaire et l’autre pastoral, le diocèse de Gap et son évêque ont eu une idée originale : produire un disque, dont les interprètes sont deux prêtres et un séminariste du diocèse. Mgr DI FALCO LEANDRI, qui connaît bien le milieu artistique et des médias, a obtenu que le disque soit produit par TF1 Music, ce qui lui assure ainsi un lancement national.

On trouvera plus bas un article de La Croix qui explique en détail l’initiative.

Que peut-on en penser ?

Il est d’abord positif que des prêtres puissent ainsi produire une oeuvre grand public. Si cela permet qu’on puisse voir dans les médias un peu autre chose que des affaires assez pénibles, pourquoi pas ? Si cela permet aussi à des personnes qui ne pratiquent pas du tout, d’écouter chez elles des paroles qui sont chrétiennes pour la plupart, comment ne pas s’en réjouir ? Et l’aspect médiatique du projet dérange peu. Il s’agit d’être pro, surtout qu’entre en jeu un soutien financier conséquent pour deux projets : les prêtres reverseront intégralement l’argent à ces oeuvres.

Après, il serait intéressant d’étudier le clip, puis le CD. En terme de com’, de ce qu’on veut montrer du prêtre, des impressions que cela dégage, etc. Il y a du bon : beaucoup aimeront le passage du clip où l’on voit les différents actes du ministère (enterrement, baptême, etc.). Et puis les prêtres ont « une tête de prêtre ». Mais il y a aussi du plus discutable : le côté médiéval fait un peu “Da Vinci Code” ou carnaval ! Quant à certains arrangements… on sent que c’est TF1 qui est derrière ! Certaines reprises sont bien faites, certains morceaux comme “Spiritus Dei” (la musique du clip) passent très bien. D’autres sont pourtant à la limite du grotesque : reprendre Cabrel, ou Brel, n’apparait pas comme bien utile. Des morceaux comme “il faudra leur dire” sont franchement pas top… disons-le, ils font même un peu niais. Le cliché de “La vie est un long fleuve tranquille” n’est pas loin ! Mais ceci est une affaire de sensibilité et chacun se fera son avis ! Vous connaissez le proverbe : « des goûts et des couleurs, on ne discute jamais ».

En tout cas, merci et bravo à ces confrères, qui ont osé s’exposer. Cela mérite déjà notre reconnaissance ! A quand un autre album ?

[Addendum avril 2014 : le 2ème album intitulé « Amen » sort le 7 avril. Entre temps, Joseph a annoncé il y a déjà quelque temps son désir de ne plus poursuivre dans son projet vocationnel. Mais il continue de joindre sa voix à celle des pères BARDET et TROESCH. Et surtout de vivre sa Foi comme laïc chrétien dans le monde]

_________________

On aura également profit à lire cet article paru dans le journal La Croix (Bruno BOUVET)

« Spiritus Dei », des prêtres sous la lumière des projecteurs (24/03/2010 16:30)

À l’initiative de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, deux prêtres et un séminariste du diocèse de Gap ont enregistré un disque sous le label de TF1 Musique au profit de deux projets, l’un pastoral et l’autre caritatif

D’abord, ils ont fait partie des cinq candidats sélectionnés par leur évêque, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, pour leurs compétences musicales et leur aptitude au chant. Puis ils ont franchi le casting organisé par les producteurs de TF1 Musique…

Voilà donc comment le P. Jean-Michel Bardet, curé de la cathédrale de Gap, le P. Charles Troesch, vicaire de la paroisse Saint-Roch de Gap, et Joseph Dinh Nguyen Nguyen, séminariste dans le diocèse, se retrouvent désormais sur la pochette d’un album, Spiritus Dei, dont ils sont les trois interprètes. Un disque dans lequel ils reprennent des airs traditionnels du répertoire chrétien ou profane (Brel, Cabrel…), sur des arrangements « très actuels » qu’ils revendiquent.

L’aventure, qui évoque immanquablement le phénomène The Priests – ces trois prêtres irlandais qui ont vendu près de 1,5 million de disques en Europe –, est directement menée par Mgr di Falco Léandri, veillant sur ses artistes tel un manager.

« Je vais rejoindre les gens là où ils sont »

L’idée lui a été soufflée par l’un de ses amis, le chanteur et compositeur Didier Barbelivien, alors que le plus médiatique des évêques cherchait la manière de soutenir financièrement deux projets : l’équipement d’une école de 1.700 élèves à Madagascar, désormais dirigée par une religieuse qui a passé quatre ans dans les Hautes-Alpes ; la construction d’un nouvel espace d’accueil pour les pèlerins de Notre-Dame du Laus.

Par contrat, les prêtres ont en effet décidé de céder l’intégralité de leurs droits d’auteurs. « Nous n’allons pas rouler en Ferrari », plaisantent-ils. Unique concession à la philanthropie d’un projet mené par ailleurs dans les conditions professionnelles du lancement d’un disque : une semaine d’enregistrement dans un studio d’Issy-les-Moulineaux, en région parisienne ; quatre jours de tournage pour le clip ; et, bien sûr, forte campagne de promotion dans les médias, notamment à la télévision.

Mgr di Falco Léandri, qui sera ce 28 mars l’invité de « Vivement dimanche » sur France 2, sait bien que cette exposition suscitera les réactions contrastées que provoquent ses interventions régulières devant les micros ou ses liens privilégiés avec le monde du show-biz. « J’assume, dit-il fermement. Si d’autres veulent rester dans leur sacristie, c’est leur problème. Mais ce sont les mêmes qui feront de grands discours sur la mission… Je vais rejoindre les gens là où ils sont. »

«Une manière originale de vivre l’Année sacerdotale»

Nos trois chanteurs – dont le nom de scène est tout simplement « Les prêtres » – vivent ce passage à la célébrité entre amusement, curiosité et détachement. Même si deux d’entre eux ne sont pas complètement des néophytes. Lauréat du Conservatoire national de musique de Lyon dans la section trombone, le P. Jean-Michel Bardet, 40 ans, fut longtemps musicien, notamment aux côtés du trompettiste Guy Touvron. Le P. Charles Troesch, 29 ans, a parcouru le monde avec les Petits Chanteurs à la croix de bois, lorsqu’il était enfant.

En revanche, ils n’avaient jamais confronté leur identité de prêtre à l’univers de la chanson et des paillettes. Comme leur évêque, ils veulent y voir une « occasion providentielle » d’établir des contacts avec une population assez éloignée des églises. « Depuis quarante ans, j’ai appris que tout se jouait hors des plateaux, quand la lumière s’éteint », insiste l’évêque de Gap et Embrun.

Croit-il néanmoins au succès de ce disque ? « Il faut le laisser rejoindre les gens, cela n’appartient qu’à Dieu », dit-il. Le P. Jean-Michel Bardet sourit : « nos paroissiens attendent la sortie du disque avec impatience. Quoi qu’il en soit, c’est une manière originale de vivre l’Année sacerdotale… ».

À propos de l'auteur :

Abbé Pierre-Hervé Grosjean

Abbé Pierre-Hervé Grosjean

Diocèse de Versailles, ordonné prêtre en 2004. Curé de Montigny-Voisins. Responsable des questions politiques, de bioéthique et d'éthique économique pour le diocèse de Versailles. Auteur de "Aimer en vérité" (Artège, 2014), "Catholiques, engageons-nous !" (Artège 2016) et de "Donner sa vie" (Artège 2018).