Scroll To Top

Un carême pour l’Eglise

Publié le 01 Mar 2013 à 23:20 Foi Aucun commentaire

Depuis ce jeudi 28 février à 20h, l’Eglise est entrée dans un temps particulier : le siège de Saint Pierre est vacant. Les cardinaux vont se réunir, travailler, prier puis entrer en conclave. A eux la charge redoutable d’élire le nouveau successeur de Saint Pierre.

Tout cela peut éclairer et marquer notre façon de vivre ces prochaines semaines de carême. Si nous sommes catholiques, nous ne pouvons pas nous contenter de suivre les évènements en simples observateurs, rivés devant BFMTV ou KTO ! Il s’agit en effet de notre famille, et ce qui concerne la vie de l’Eglise nous concerne. Nous sommes partie prenante de ces évènements.

Prendre sa part du Conclave ?

Notre prière peut participer mystérieusement mais réellement au choix du prochain pape. En invoquant l’Esprit-Saint pour qu’Il éclaire les cardinaux, en priant déjà pour celui qui sera choisi, en nous préparant à l’accueillir avec la même confiance et la même fidélité que tous ses prédécesseurs, nous tenons notre place dans cette grande famille qu’est l’Eglise.

Voilà une belle façon de vivre les semaines qui viennent : donnons à nos efforts de carême une dimension universelle. Offrons-les pour l’Eglise, pour le prochain pape, pour les cardinaux qui le choisiront. Il est parfois difficile de vouloir progresser pour soi-même. Mais nous sommes souvent plus facilement généreux si nous savons que nos progrès servent à d’autres, et ici au prochain pape par exemple. Alors nous trouvons le désir et la force de faire de notre mieux. La communion des saints repose sur ce principe : tout ce que je fais de bien sert à toute l’Eglise. Cette vérité est un moteur formidable dans la vie spirituelle.

Vivre ces évènements avec un regard de foi

Au delà des pronostics, des commentaires plus ou moins ajustés des journalistes ou des « spécialistes » autoproclamés du Vatican, vivons ces prochains jours dans la foi et le recueillement. Profitons-en pour méditer et approfondir le mystère de l’Eglise. Le Seigneur Jésus est le vrai chef de l’Eglise, le pape est son vicaire. Nous changeons de vicaire, mais pas de chef ! Voilà le fondement de notre confiance et de notre paix intérieure : la promesse de Jésus faite à son Eglise : « je suis avec vous, tous les jours, jusqu’à la fin des temps ». Et ce n’est sans doute pas pour rien que le Pape a voulu insister sur ce point lors de sa dernière audience du mercredi : « la barque de l’Eglise n’est pas la mienne, n’est pas la nôtre, mais elle est celle du Seigneur qui ne la laisse pas sombrer ».

Tout en gardant précieusement au fond du cœur ces dernières images et paroles de Benoît XVI, préparons-nous maintenant à accueillir dans la foi celui qui vient. Qu’au delà de nos commentaires et avis, forcément partiels et limités, il puisse surtout compter sur notre prière et notre fidélité !

Les Padre

A lire à propos du choix du prochain Pape, cette tribune très juste du Père Matthieu Rougé.

On peut aussi revoir les images émouvantes du départ de Benoît XVI.

À propos de l'auteur :

Padreblog