Scroll To Top

Visite surprise du Pape aux enfants des rues de Manille

Publié le 16 Jan 2015 à 08:47 Église 3 commentaires

Nous apprenons la visite surprise du Pape François aux enfants des rues de la fondation ANAK-Tnk à Manille. Cette fondation est dirigée par l’abbé Matthieu Dauchez, jeune prêtre français que nous avions déjà rencontré. Nous avons recueilli sa réaction.

Padreblog : le Pape François vous a fait une extraordinaire surprise

Père M. Dauchez : Oui, le Saint-Père a fait un petit détour inattendu pour venir rencontrer les enfants des rues de la fondation, après avoir célébré la messe à la Cathédrale de Manille. Il est sorti par l’arrière de la cathédrale et, accompagné du Cardinal Tagle, a rejoint l’un des foyers de la fondation. Les enfants s’attendaient à le voir passer devant le centre… mais de là à entrer et venir jusqu’à eux ! C’est un immense cadeau qu’il nous a fait, et c’est surtout porteur d’une belle et profonde signification.

Que voulez-vous dire ?

papeanakD’une part nous savons qu’il appelle à temps et à contre-temps à poser notre regard sur les plus pauvres et les plus délaissés. Le nom de «François» qu’il a choisi pour son pontificat est déjà tout un programme. Il prouve une fois de plus qu’il n’en reste pas à de simples mots car il est venu lui-même les rencontrer et leur parler. D’autre part le thème du voyage du Pape aux Philippines était «Miséricorde et compassion». Le successeur de Pierre est venu à la fois vivre une vraie compassion auprès des plus pauvres mais aussi se mettre à leur école de miséricorde… Il nous montre que nous devons apprendre d’eux.

Et les enfants des rues de Manille, comment ont-ils vécu sa visite?

Ce fut une immense euphorie lorsque le Pape, au lieu de continuer son chemin comme prévu, a fait ce petit détour pour entrer dans le centre et venir rencontrer les enfants de la fondation. L’émotion était forte mais le naturel des enfants reprend vite le dessus et ils se sont empressés de lui montrer toute cette affection et cette joie dont ils débordent. Je gage que ce sera l’un des plus beaux souvenirs du Saint-Père… et assurément le plus merveilleux pour les enfants de la fondation !Matdau2

On se souvient de la campagne «Even us ?» que vous avez lancée en septembre dernier pour inviter le Pape. Pensez-vous que ce petit passage soit une réponse à l’invitation?

Difficile de dire si le Pape François est venu rencontrer les enfants des rues en réponse au millier de lettres qu’ils lui ont envoyées. Mais cela n’a pas d’importance puisque c’est bien sa présence qui est si significative. Lorsque le Christ reviendra dans sa gloire, il n’ira certainement pas d’abord au palais présidentiel, ni même à la cathédrale, mais rejoindra les plus pauvres là où ils sont… Son vicaire a fait de même. Je suis si heureux pour les enfants des rues et les chiffonniers. Les plus méprisés ont pris la première place.

Vous dites que le Pape est aussi venu se mettre à l’école des enfants des rues, que voulez-vous dire?

Si le Saint-Père nous appelle sans cesse à nous tourner vers les plus petits, ce n’est pas seulement pour offrir notre assistance, mais pour tâcher d’entendre les leçons étonnantes qu’ils nous apportent. Les enfants des rues ont été rejetés par leurs parents, c’est-à-dire ceux-là mêmes qui doivent leur montrer le plus grand amour. Et loin de tomber dans une colère stérile, leurs coeurs sont toujours prêts à pardonner traçant ainsi la route la plus belle, celle de l’imitation du Christ.

Mat&papeLa fondation est en tout cas incroyablement privilégiée car si cette visite est une immense surprise, les enfants des rues de la fondation seront aussi mis à l’honneur lors de la rencontre du Pape avec les jeunes Philippins le dimanche 18 janvier. En effet, quatre jeunes témoigneront devant lui, dont deux enfants de la fondation ANAK-Tnk. Ils expliqueront au Pape François ce qu’a été leur vie dans la rue et comment ils ont quitté les trottoirs de la capitale pour reprendre une vie normale.

Propos recueillis par l’abbé Yves Genouville

À propos de l'auteur :

Abbé Genouville

Abbé Genouville

44 ans. Curé de la paroisse Saint-Symphorien à Versailles. Il a passé plusieurs années au service du diocèse aux Armées Françaises, participant à des opérations extérieures (Afrique, Afghanistan, Liban). Assistant ecclésiastique de l'Aide à l'Eglise en Détresse - France ( http://www.aed-france.org ) .