Scroll To Top

« Bourde » de Bruxelles : un nouveau challenge !

Publié le 14 Jan 2011 à 08:52 Société Aucun commentaire

flageurope2L’histoire pourrait paraître incroyable, et même faire rire, si elle n’était pas si révélatrice d’un anti-christianisme primaire et ridicule, désormais présent même au plus haut sommet de l’Europe.

Figurez vous que la Commission Européenne nous a pondu un agenda officiel, imprimé à 3 millions d’exemplaires (rien que ça…) à destination des étudiants/lycéens. Si, si , c’est utile ! Soit. Dans cet agenda, bien sûr, on y note les jours importants, les fêtes nationales, les grandes dates de l’histoire, et les fêtes religieuses. Enfin pas toutes. Ou plutôt, toutes, sauf les fêtes chrétiennes ! Hallucinant…

L’Italie, la Pologne réagissent immédiatement. En France, le Parti Démocrate Chrétien s’étrangle. On demande des explications. Face à cette levée de boucliers, le commissaire européen chargé des consommateurs est quand même obligé de réagir. Il reconnaît une « bourde » de ses services et promet un correctif.

Une bourde ?

Si on avait juste oublié l’assomption, le 15 août, on aurait pu croire à une « bourde » ! Mais là, oublier Noël, puis Pâques… Il ne faut pas prendre les cathos pour des c…. C’est (en gros) ce qu’a répondu le Cardinal Vingt-Trois, de façon bien sûr plus diplomatique, dans une lettre aux autorités Françaises, pour se plaindre de l’attitude de Bruxelles :

« L’émotion suscitée par cette affaire, qui paraît, à première vue, à peine croyable, tant elle constitue un déni de notre culture européenne, de ses racines et une atteinte à la Foi de centaines de millions de personnes sur notre continent, est très vive. J’ai lu la réponse du Commissaire européen, Monsieur John Dalli, qui me parait pour le moins laconique et minimaliste, bien en deça de ce que l’on est en droit d’attendre. Je voudrais savoir quelles sont les démarches entreprises par le gouvernement français auprès de la Commission européenne pour manifester votre désapprobation devant une telle atteinte aux convictions des chrétiens de notre pays (en pleine opposition avec les traités régissant l’Union européenne) et pour obtenir une réparation morale de ce qui est perçu légitimement comme un scandale. »

La réponse du gouvernement ne s’est pas faite attendre. Laurent Wauquiez, ministre des affaires européennes, a vivement réagi à son tour contre Bruxelles. Loin de minimiser l’affaire, il accuse la Commission d’occulter volontairement l’héritage chrétien de l’Europe et se montre affligé par la bêtise des auteurs de cette « bourde », comme le rapporte le journal Le Monde :

« Dans cet agenda, on parle de beaucoup de choses sauf de notre identité européenne. On parle de Ghandi, de la découverte de la tomate au Pérou ou de l’Antarctique, mais on ne parle pas de ce qu’est l’identité européenne », a déploré devant la presse le ministre français aux Affaires européennes, Laurent Wauquiez. « L’Europe, ce n’est pas une coquille creuse, c’est une communauté de valeurs, de grands personnages de l’Histoire, de grandes dates. Assumons cette identité », a-t-il demandé.

Dans cet agenda, « il y a beaucoup de fêtes religieuses qui sont mentionnées, ce n’était pas obligatoire. Des fêtes indoues, des fêtes chinoises, musulmanes et aucune fête chrétienne » comme Noël ou Pâques. « A quoi ça rime ? », a aussi lancé le ministre. « On a honte de notre identité chrétienne? On a honte que l’Europe des clochers a été constitutive de notre identité européenne ? »

Laurent Wauquiez a admis que la Commission avait reconnu son erreur. « Si j’ai voulu pousser ce coup de gueule, c’est parce que cet agenda reflète une incapacité de l’Europe à assumer » son identité profonde, a-t-il expliqué.

Les racines chrétiennes de l’Europe

On aurait cependant tort de s’en prendre uniquement à la Commission Européenne. N’est-ce pas Jacques Chirac lui même qui – en son temps – avait refusé de voir mentionnées les racines chrétiennes de l’Europe dans sa constitution ?Guillaume Roquette, dans Valeurs Actuelles, nous le rappelle :

« La Commission européenne vient de faire imprimer 3 millions d’agendas pour les offrir aux lycéens des 27 pays membres. Cet aimable présent mentionne les fêtes hindoues, juives, musulmanes, sikhes… mais pas chrétiennes. On aurait tort d’en faire le reproche à nos amis de Bruxelles : ils ne font après tout qu’appliquer les consignes des chefs d’État (Chirac en tête), qui ont récusé en 2004 les racines chrétiennes de l’Europe. Ce déni de racines est d’ailleurs une marque de fabrique de l’Union : même nos billets de banque sont couverts de ponts virtuels et de monuments imaginaires. Au nom d’un multiculturalisme de bon aloi, l’Europe a fait table rase de son passé sans réaliser qu’elle se vidait du même coup de sa substance pour ne plus être aujourd’hui, aux yeux des peuples du continent, qu’une grande épicerie qui fait de moins en moins crédit. »

Jean-Pierre Denis, de La Vie, analyse ce que révèle ce genre de faits :

«Le christianisme n’est pas violemment éjecté de la sphère publique mais tranquillement banni de tous les espaces de la mémoire collective, de tout notre inconscient culturel. Nous vivons une entreprise de reniement paisible, insidieux et politiquement correct en diable. »

Raison de plus pour cultiver la « sinistrose » trop répandue chez les cathos ? En aucun cas… ce serait donner une victoire trop facile à nos adversaires ! Tout cela doit plutôt nous réveiller, et nous faire prendre conscience de nos responsabilités, comme laïcs ou comme clercs. Ces obstacles doivent nous stimuler : on n’arrête pas la foi chrétienne. Les goulags de Staline, les camps d’Adolf Hitler, les bombes d’Al Quaïda n’ont pas réussi à faire taire nos frères chrétiens d’hier et d’aujourd’hui, à stopper leur prière et leur apostolat. Au contraire, ce fut une moisson de martyrs, de jeunes saints et de jeunes témoins, jamais aussi fervents qu’au coeur de la persécution.

Ce laïcisime insidieux, nouvelle persécution silencieuse, bien loin de nous faire renoncer, nous offre un challenge magnifique : nous sommes appelés, avec la grâce de Dieu, à être les apôtres de ce pays, de cette Europe, qui oublie son histoire, qui ne se sait plus aimée de Dieu, qui ne sait plus aimer Dieu. Il nous faut la sauver contre elle même. Une communauté qui oublie ses racines, son histoire, ce qu’elle est… un pays qui se renie… n’ont aucun avenir !

Bref, la tâche qui nous attend est immense, elle est sacrément belle ! Et elle commence par nous-mêmes : « si vous êtes ce que vous devez être, alors vous mettre le feu au monde » disait Jean-Paul II aux jeunes rassemblés à Rome pour les JMJ de l’an 2000.

À propos de l'auteur :

Abbé Pierre-Hervé Grosjean

Abbé Pierre-Hervé Grosjean

Diocèse de Versailles, ordonné prêtre en 2004. Curé de Montigny-Voisins. Responsable des questions politiques, de bioéthique et d'éthique économique pour le diocèse de Versailles. Auteur de "Aimer en vérité" (Artège, 2014), "Catholiques, engageons-nous !" (Artège 2016) et de "Donner sa vie" (Artège 2018).