Scroll To Top

Rocamadour : le rocher qui parle au coeur

Publié le 21 Août 2013 à 17:01 Divers 2 commentaires

Accroché à une falaise vertigineuse, entre ciel et terre, le sanctuaire du diocèse de Cahors qui accueille des pèlerins depuis plus de 1.000 ans célèbre cette année son jubilé. Nous avons rencontré le Père Ronan de Gouvello, recteur de la basilique, acteur et témoin privilégié des grâces qui sont vécues en ce lieu.

Padreblog : que vient-on demander ou recevoir auprès de Notre-Dame de Rocamadour ?

Abbé Ronan de Gouvello : tout ce qui semble humainement impossible ! « Car rien n’est impossible à Dieu ». D’une certaine façon, c’est ce qu’ont compris les bâtisseurs de ce sanctuaire qui ont construit la basilique et l’écrin de pierre qui l’entoure en la suspendant littéralement au rocher. Du point de vue architectural, n’importe qui leur aurait dit que c’était une folie ! Mais avec Dieu rien n’est impossible. C’est ce que dit l’ange Gabriel à Marie lorsqu’il lui apprend qu’elle sera la mère du sauveur. Marie perçoit d’un seul coup que tout va se réaliser, que les obstacles tomberont, que les difficultés seront surmontées car rien ne résiste à la force toute-puissante de l’amour. Et Dieu est tout amour. Il n’est qu’amour. J’aime cette phrase de l’Imitation de Jésus-Christ (5,4) : « l’amour tente plus qu’il ne peut, jamais il ne prétexte l’impossibilité, parce qu’il se croit tout possible et tout permis ! ».

Beaucoup de jeunes pèlerinent vers Rocamadour ou s’y engagent comme bénévoles, pourquoi ?

RdG : je perçois deux explications. D’abord, parce qu’un jour l’un ou l’autre de leurs amis – touché par la grâce du lieu – leur en a parlé. Alors ils sont venus voir et ont eux-aussi été touchés. C’est ma deuxième explication : il y a un virus ici, un virus très contagieux ! Le pouvoir d’attraction de ce sanctuaire est immense. C’est un peu comme dans la pub : l’essayer, c’est l’adopter ! Mais il ne s’agit ni d’un produit, ni d’une recette miracle mais de bien mieux que cela : ici, on touche la grâce de l’amour de Dieu, solide comme un roc. Le rocher de Rocamadour parle au coeur.

Les nombreux bénévoles du sanctuaire vivent ici des moments de grâce. Leur service leur donne aussi l’occasion de bénéficier d’un véritable accompagnement spirituel. La vie fraternelle qu’ils mènent n’est pas non plus pour leur déplaire. L’ambiance est unique ! A tous ceux qui ont du temps libre je dis : « venez et donnez : vous recevrez plus encore ! ».

Votre ministère doit être bien particulier dans un tel sanctuaire ; qu’est-ce qui vous marque le plus ?

RdG : la puissance de la grâce. Dieu est vraiment très fort. Au confessionnal du sanctuaire, dans le sacrement de Réconciliation, je suis témoin de ces renversements, des basculements que seul Dieu – par Marie – est capable de faire ! Les milliers de visiteurs qui se pressent ici [Nota bene : avec son 1.5 millions de visiteurs par an, Rocamadour est le site religieux de France le plus fréquenté après le Mont Saint-Michel] ont une soif de vrai, de beau et de bien quasiment infinis. Ici je perçois tous les jours combien le prêtre est bien un pêcheur d’hommes … et que les poissons sont nombreux !

Des projets ?

RdG : savez-vous qu’un jour un jeune franciscain demandait à Saint Maximilen Kolbe « et maintenant, quel est le programme ? ». Saint Maximilien lui a aussitôt répondu : « il n’y en a pas ! ». J’avoue être humblement dans cette sainte logique et laisser le bon Dieu agir même si, bien sûr, le Jubilé voulu par notre évêque Monseigneur Turini suit son cours et connaîtra encore de beaux temps forts (voir ici). Rocamadour n’a pas fini de réchauffer les coeurs !

À propos de l'auteur :

Abbé Amar

Abbé Amar

44 ans. Diocèse de Versailles. Licencié en droit et en théologie, il est curé de la paroisse de Limay (78). Auteur de spectacles pour les familles (www.santosubito.fr et www.princedudesert.fr) et de "Internet, le nouveau presbytère" (Artège, 2016). Depuis 2013, il anime l'émission "un prêtre vous répond" sur Radio Notre-Dame (FM 100.7).