Scroll To Top

Son martyre nous engage

Publié le 26 Juil 2016 à 17:44 Société 12 commentaires

Ce mardi 26 juillet au matin, le père Jacques Hamel, 86 ans (et 58 années de sacerdoce !) a commencé à célébrer la messe. Quelques paroissiens y participaient. Pour les catholiques, la messe est le renouvellement du sacrifice de Jésus sur la croix. A la messe, nous sommes au calvaire. Et le prêtre tient la place du Christ, il redit les paroles du Christ. « Ceci est mon corps, livré pour vous… »

Ce matin-là, le père Jacques Hamel a offert sa dernière messe. Et ce fut le calvaire… Des barbares – « soldats de Daech » – sont entrés, ont pris en otage l’assemblée et ont égorgé le prêtre.

L’horreur que vivent nos frères chrétiens d’Irak ou de Syrie est survenue, ici, chez nous, dans une petite ville de Normandie, à une heure trente de Paris.

Quelles réponses ? Quelles réactions ?

« Je crie vers Dieu » écrivait Mgr Dominique Lebrun, l’évêque du père Hamel, dans son communiqué poignant. Oui, il faut dire au monde notre émotion, notre douleur immense. Ce crime est atroce, barbare, et nous touche doublement, comme Français et comme chrétiens. Ce sont les ennemis de la France qui ont fait ça mais ils sont aussi les ennemis de l’Eglise. Ils ont tué ce prêtre parce qu’il était prêtre. Ils sont venus commettre leur crime au cœur d’une messe. Ils savaient ce qu’ils visaient en faisant cela. A l’émotion se mêle légitimement la colère… Encore ! La litanie des innocents assassinés par ces fanatiques s’allonge encore. Toute la France, dans sa diversité et son identité, est visée, attaquée, meurtrie.

A nos gouvernants de prendre les mesures nécessaires, sans faiblir ni hésiter, pour gagner cette guerre contre le terrorisme islamique. Nous, prêtres, ne sommes pas des « experts » en sécurité. Que chacun reste dans son rôle. Mais avec tous les Français, nous réclamons de nos politiques de se montrer à la hauteur des heures tragiques que vit notre pays. Pas d’angélisme, pas de naïveté, pas de déni. Une guerre ne se mène pas à moitié.

Quant à nous, il va nous falloir être fidèles à cette foi et cette identité que ces barbares ont visées. Comme le dit Mgr Lebrun, la plus belle réponse à ces barbares est la foi chrétienne assumée et fervente de ces jeunes autour du Pape aux JMJ. « Daech peut tout nous prendre, ils ne prendront pas notre foi » nous disaient des réfugiés chrétiens à Erbil, en Irak. Ils n’auront pas notre Espérance !

Cette Espérance qui nous fait d’abord prier. Pour les victimes de ces attentats, pour leurs familles, pour ceux et celles qui nous protègent, ici ou en mission, au loin. Celle qui nous pousse à prier aussi pour la conversion de nos ennemis et pour mener cette guerre avec fermeté mais sans la haine qui ronge les cœurs.

Cette Espérance qui nous fait aussi agir. Car la prière ne nous épargne pas d’agir, chacun selon notre vocation, en renouvelant notre exigence à donner le meilleur de nous-mêmes dans nos études, nos engagements, notre métier, notre devoir d’état. La France a besoin de chacun.

Ce que nous sommes

Cette Espérance qui nous fait croire enfin à la force de ce que nous sommes. Ces terroristes visent ce que nous sommes, nous gagnerons en étant d’autant plus fidèles à ce que nous sommes : notre foi, notre culture, notre histoire, nos valeurs, notre identité. C’est autour de cela que la France pourra se rassembler. C’est tout cela qu’il faut recommencer à transmettre, sans complexe et sans paresse. La force d’un peuple, ce n’est pas seulement son armée. La force d’un peuple, c’est son âme.

Alors le père Hamel ne sera pas mort pour rien. Alors sa vie offerte portera du fruit dans nos vies. Au cœur des larmes, une certitude pour chacun de nous : son martyre nous engage à être des témoins !

Les prêtres du Padreblog

[Merci à tous pour vos multiples messages de soutien et de prière qui font chaud au coeur !].

 boutonfbboutontweet

À propos de l'auteur :

  • OX

    Merci pour ce post. Bouleversée par ce déferlement de barbarie, vos mots apportent un peu de réconfort. Mais pour ma part, pour ce qui est de « tendre l’autre joue », ou « d’aimer son prochain « ….j’avoue que je ne suis pas encore prête. …#Crisedefoi

    • pnfo

      Bonjour OX. Mais pour cela il faut avoir une force sur-naturelle. Il faut faire le vide de soi pour laisser la place à Dieu et alors c’est lui qui fait. Le témoignage de Mère Térésa nous montre qu’il faut accepter de ne pas être aimé pour pouvoir aimer vraiment. C’est la pation du Christ.
      Mère Térésa avait monté un orphelinat à Calcutta qui dérangeait un riche voisin. Il faisait tout pour le faire partir. Mère Térésa est allée le voir pour lui demander de l’argent pour l’orphelinat. Elle fut très mal reçue. Il l’injuria, lui cracha dessus… Elle ne disait rien et se laissait faire. Au bout d’un moment, elle lui dit: « Merci monsieur, vous m’avez donné tout ce dont j’avais besoin. Qu’allez vous donner à mes enfants ? ». Il fut tellement bouleversé par sa réaction qu’il devint administrateur général de l’orphelinat. Bien à vous.

  • Jean

    Oui, sauvons les Musulmans de leur secte de violance et de haine en nous convertissant nous même afin d’avoir le courage de témoigner en vue de leur propre conversion.
    Prions aussi pour les meurtriers incapables à la tête de la France depuis des décennies : qu’ils soient éclairés pour faire enfin le choix de la France et de son message millénaire de paix et d’intelligence.

    • Papiho

      Et si tous ces déploiements de police ne servaient à rien d’autre que de faire de la publicité à la barbarie, et si les attaques au Moyen Orient, loin d’affaiblir ce régime de mort, ne faisait que de susciter des vocations de terroristes …
      Plutôt que de critiquer les décisions prises, si on s’attaquait au mal être de notre société qui exclut de personnes, peut-être différentes de nous mais créées à l’image de Dieu.
      A la suite de la communauté de Saint Etienne du Rouvray et du père Hamel, osons la prière et la fraternité !

  • Mr frédéric

    Loué soit Jésus-Christ ,
    Paix à l âme de ce serviteur de Dieu , qu il repose dans la maison du Seigneur YHWH
    mais appelons : 1 chat – 1 chat
    ce sont des musulmans qui ont égorgés ce pauvre prêtre
    ce ne sont ni des athés ni des bouddhistes ni des hindous ni des chrétiens ni des juifs etc …… il faut bien 1 jour regarder la vérité en face : ce sont des musulmans
    je suis pas intolérant en les désignant comme musulmans : ils le revendiquent eux-même avec leur  » allahakba  »
    car Dieu n est pas allah et allah n est pas Dieu
    arrêtons de faire l autruche , de constamment faire de l angélisme
    le diable est là , sous toutes sortes de déguisement , mais c est satan
    combien de morts comme ce pauvre prêtre vous faut-il encore pour enfin ouvrir les yeux et regarder la vérité en face ?
    et appeler 1 chat – 1 chat !
    vous pouvez leur trouver beaucoup d excuses : des déséquilibrés , issus de familles monoparentales , de condition modestes , de quartiers difficiles , d endoctrinements etc etc …. mais ils ne font que reproduire ce que leur prophète a fait au 7ème siècle , c est lui donc leur exemple , comme le Christ est l exemple  » Saint  » pour tous les chrétiens
    prions donc pour notre conversion et la conversion de tous les musulmans à la seule Lumière et la seule Vérité : Jésus le Fils de Dieu

    • Papiho

      Bonjour Frédéric,
      Votre texte m’attriste beaucoup. Je ne peux que vous inviter à aller voir les musulmans, vous trouverez des personnes de bonne volonté demandant de vivre en paix. Le Christ, le « saint » -comme vous le dites à juste titre- n’a condamné personne, sauf peut-être les riches. Un discours teinté de haine comme le votre est aux antipodes de ‘Evangile.
      Permettez-moi une dernière remarque: faire le l’angélisme semble un défaut majeur dans vos propos, mais n’est-ce pas un ange qui a commencé à nous annoncer la bonne nouvelle ?

      • Mr frédéric

        papiho , mon pauvre ami , mais je vis au milieu des musulmans au Sénégal
        mon pauvre ami , le diable est là de partout , sous différents aspects très mielleux et très angélique !
        ne vous laissez pas abuser
        car que peut-il venir de plus grand , après le passage sur terre du propre Fils de Dieu , Jésus notre Seigneur Bien-aimé ?
        RIEN ou que du MENSONGE !
        prions donc pour notre conversion et la conversion des musulmans , que l Esprit de Dieu (non reconnu par l islam) nous guide et nous soutienne dans nos épreuves

        • Papiho

          Bonjour,
          Je ne suis pas comme vous, je ne sais pas où est le diable. Mais je vois que dans l’Evangile, il est celui qui propose de faire des miracles (changer des pierres en pain), de donner le pouvoir et qui demande qu’on se prosterne devant lui. Je le vois à l’œuvre dans notre société qui l’adore sous la forme de l’argent, mais pas spécialement du côté des musulmans.
          Je vois aussi que Jésus le Christ utilise pour annoncer la bonne nouvelle des personnes venant d’ailleurs, des mages d’Orient, une syro phénicienne, une samaritaine, un centurion, etc. Et pourquoi pas aujourd’hui des Musulmans ?
          Que l’Esprit Saint consolateur nous éclaire !

    • Aimé SAVARD

      Ces terroristes sont des musulmans, en effet. En tout cas, ils se disent tels. mais tous les musulmans ne sont pas des terroristes.
      Dans l’histoire, des chrétiens, – et même des prêtres, des évêques, des papes – ont commis des crimes horribles. Que l’on songe aux guerres de religion, aux crimes de l’Inquisition et à bien d’autres épisodes historiques. Mais heureusement, tous les chrétiens, aussi pêcheurs soyons-nous, ne sont pas assimilables à ces criminels

      Relisez la Déclaration de Vatican II sur les religions non chrétiennes « Nostra aetate ».
      Vous y lirez que « L’Eglise ne rejette rien de ce qui est vrai
      et saint dans ces religions(…) Toutefois, elle annonce et elle est
      tenue d’annoncer sans cesse que le Christ est « la voie, la
      vérité et la vie »(Jean 11, 6) ».
      La même Déclaration conciliaire souligne que « L’Eglise regarde avec estime les
      musulmans qui adorent le Dieu un, vivant et subsistant,
      miséricordieux et tout-puissant, créateur du Ciel et de la terre,
      qui a parlé aux hommes »
      Le même texte poursuit :
      « Si, au cours des siècles, de nombreuses dissensions et inimitiés se sont manifestées entre les chrétiens et les musulmans, le Concile les exhorte tous à oublier
      le passé et à s’efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle,
      ainsi qu’à protéger et promouvoir ensemble, pour tous les hommes,
      la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté »

      Cher Frédéric, vous écrivez aussi : « Dieu n’est pas allah et allah n’est pas Dieu »

      Grave erreur ! Allah signifie simplement … Dieu en arabe. Les chrétiens orientaux de langue arabe (par exemple, une partie des Melkites du Proche-Orient , qui sont des catholiques en communion avec le pape) prient Dieu en l’appelant Allah.
      Dans certains pays musulmans, sous la pression des islamistes radicaux, les autorités ont voulu interdire aux chrétiens d’employer « Allah » dans la liturgie. Avec votre propos intolérant, vous leur donnez raison.

      • pnfo

        Bonjour Aimé Savard. C’est quand la religion devient politique qu’elle génère de la violence car la politique est basée sur un rapport de force. Bien à vous.

  • https://sainedoctrine.com

    Pour ma part, j’ignore ce qu’un musulman est supposé croire ou ne pas croire. Dans quelle mesure la foi de l’Islam tolère-t-elle ce genre de crimes ? Il me semble assez vain de vouloir trancher ce débat, dans la mesure où l’autorité du Coran ne laisse pas d’autoriser des interprétations plus ou moins contradictoires. Faut-il, par exemple, considérer que le Djihad invite le croyant à une lutte intérieure ? Ou doit-elle l’amener concrètement à déclarer la guerre aux infidèles ? En l’espèce, l’absence d’une autorité ecclésiale qui fixerait pour tous les musulmans uniment le sens véritable de la lettre rend impossible de départager clairement ce qui est orthodoxie et ce qui ne serait qu’une hérésie. Dès lors, la seule chose que nous puissions attendre, c’est une clarification de l’interprétation que l’Islam de France entend donner au Coran.

    Autant j’ignore ce qu’est supposé être ou ne pas être un « bon » musulman, autant je crois à peu près savoir ce qu’est supposé être un bon catholique. Et là, mes chers pères, permettez-moi d’être en désaccord avec ce que vous écrivez. L’émotion compréhensible que nous éprouvons face à des attaques qui nous ciblent à la fois comme chrétiens et comme français ne légitime aucunement que nous acceptions de nous voir comme ils nous voient. Vous écrivez : « nous gagnerons en étant d’autant plus fidèles à ce que nous sommes : notre foi, notre culture, notre histoire, nos valeurs, notre identité. C’est autour de cela que la France pourra se rassembler ». J’entends bien que la foi catholique fait constitutivement partie de notre héritage national. Elle l’est au même titre que nos usages et nos lois, notre langue et notre histoire, et toutes nos valeurs reçues. A ce titre, sans doute, tous les français devraient pouvoir assumer leur appartenance à une culture chrétienne…

    Mais nous sommes quand-même bien placés pour savoir qu’il serait dangereux de réduire notre foi à un marqueur identitaire. La foi catholique exige, où qu’elle soit, une certaine inculturation. C’est entendu. Mais elle ne saurait être assimilée à une des composante de cette « culture », de cette « histoire », de ces « valeurs » et de cette « identité » sans perdre aussitôt ce qui la rend « catholique », c’est-à-dire en droit « universelle ». Lorsque nous œuvrons pour cette foi, nous ne nous battons pas pour la défense d’une identité, fût-elle la notre. Nous servons la Vérité, simplement. Une Vérité à laquelle tous les hommes sont logiquement appelés.

    Comment nous montrer fiers de ce que nous sommes sans pour autant être aveugles à ce que nous sommes ? Comment devenir d’honnêtes patriotes sans céder à un nationalisme belliqueux ? Notre foi nous offre les moyens de le faire, parce qu’elle nous invite à être pleinement dans le monde tout en acceptant de ne jamais être du monde. Loin d’être une composante de notre culture, elle est la seule chose qui nous permet d’entretenir un rapport sain avec elle, et de l’aimer passionnément sans pour autant lui céder. Patriotes, parce que chrétiens; non l’inverse. Lisez les merveilleuses pages que Chesterton consacrait à cette question dans Orthodoxie. Le chapitre cinq s’intitulait : « le drapeau du monde » et il portait, justement, sur la question du patriotisme. Je vous laisse ce petit extrait :

    « Personne ne doute qu’un homme ordinaire puisse s’accorder avec ce monde, mais ce que nous exigeons de lui, ce n’est pas qu’il ait assez de force pour s’accorder avec ce monde, mais assez de force pour le faire progresser. Peut-il le haïr assez pour le changer et cependant l’aimer assez pour juger qu’il vaille la peine d’être changé ? Peut-il lever son regard vers l’immense bien qu’il procure sans jamais éprouver l’envie d’y succomber ? Peut-il lever son regard vers l’immense mal qu’il cause sans jamais éprouver de désespoir ? (…) Est-il assez païen pour mourir pour le monde, et assez chrétien pour mourir au monde ? »

  • pnfo

    Bonjour. Certes mais il y a une différence entre « Va-t-en Satan. » et « Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ». L’un est centré sur l’homme, peut-être pour sauver sa vie et l’autre est centré sur Dieu en se donnant gratuitement. Mais dans les deux cas, ils ne considèrent pas l’auteur de l’acte responsable. Enfin c’est une réflexion à partir de ce qu’ont rapporté les témoins. Bien à vous.