Microphone

Des pauvres posent leurs questions au Pape

Père Jean-Baptiste Siboulet
30 mars 2022

L’association Lazare, qui anime des colocations solidaires entres des jeunes actifs et des personnes qui ont connu la rue, sort un livre d’entretiens avec le pape François : Des pauvres au pape, du pape au monde (Seuil). Le saint Père y répond en toute simplicité aux questions de pauvres du monde entier. Padreblog est allé rencontrer ceux qui ont porté ce projet : Christian, vice-président de Lazare et ex-SDF, Loïc Luisetto et Pierre Durieux, salariés de l’association. Les recettes de ce livre sont reversées aux associations qui ont participé à ce projet (Fidesco, Enfants du Mékong, Misericordia, etc). 

Je commande le livre

Padreblog : Comment est né ce livre?

Loïc : En mai 2020, à l’occasion des dix ans de Lazare, il était prévu que les 200 colocs de Lazare aient une audience avec le pape François. Alors que nous nous apprêtions à renoncer à ce projet en raison des contraintes liées à la pandémie, l’un de nous a eu l’idée de proposer au pape une visioconférence. A notre grande surprise, le pape a accepté. Une délégation de huit représentants des maisons Lazare a donc pu se rendre à Rome pour vivre ce moment avec le pape, tandis que toutes les maisons Lazare nous rejoignaient en visio. Chaque maison devait poser une question au pape. C’est là qu’a jailli l’idée de collecter les questions des pauvres du monde entier pour les poser au pape. Et le pape a de nouveau accepté notre proposition. 

Nous nous sommes donc adressées à des ONG actives sur les cinq continents avec cette demande pour les plus pauvres : « si vous aviez le pape en face de vous, quelles questions lui poseriez-vous ? ». 

Christian : Nous en avons récupéré un peu plus de 1000, que nous avons triées pour en conserver une centaine. 

Loïc : Nous avons ensuite constitué une petite délégation avec des personnes ayant connu la galère, pour qu’ils soient les ambassadeurs des pauvres du monde entier. Nous avons eu quatre rencontres avec le pape, soit neuf heures d’entretien.

Christian : J’ai été de toutes les rencontres ! J’espère bien avoir maintenant un entretien personnel avec le pape. On m’a dit que je pouvais venir quand je voulais en vacances au Vatican. On lui a d’ailleurs demandé si on pouvait créer une maison Lazare au Vatican…

Padreblog : C’est un projet?

Loïc : Le pape a répondu : « C’est une bonne idée, mais pour ça il faudrait que le pape ait du courage. Priez pour qu’il en ait ». C’est vrai que ça mettrait de la vie à Sainte Marthe !

Padreblog : Quel genre de questions avez-vous posées au pape?

Christian : Moi, je lui ai demandé ce qu’il pouvait faire pour la paix. C’est son rôle de faire la paix dans le monde !

Loïc : On n’a inventé aucune question. Toutes ont été posées par des pauvres : « qu’est-ce que vous aimez manger ? », « votre sport, votre livre préféré ? », « combien gagnez-vous ? », « pourquoi êtes-vous habillé en blanc ? », « quand est-ce que vous priez ? ».

Pierre : Il y eu des questions sur les inégalités, la guerre, la foi. Christian, qui souffre de schizophrénie, lui a demandé comment faire la différence entre les voix qu’il entend dans sa tête et ce qui vient vraiment de Dieu. On lui a aussi demandé s’il se confessait régulièrement. Le pape a répondu qu’il avait demandé à un franciscain de l’appeler tous les 15 jours pour lui rappeler de se confesser. Il y a eu des questions assez intimes, auxquelles le pape a répondu avec beaucoup de simplicité. Ses réponses permettent de mieux le comprendre, et donc de mieux l’aimer. Je suis convaincu que de nombreuses personnes ne connaissent pas le pape car elles ne l’ont jamais lu. Ce livre est une bonne manière de le découvrir plus intimement.

Padreblog : Qu’est-ce qui vous a marqués dans les réponses du pape?

Loïc : Une des réponses qui m’a le plus marqué est sa réponse à la question « quel est votre rêve ? ». Il a répondu : « Être un bon prêtre ! Je suis désolé, mais c’est ce qui me vient ». Cela fait écho à un autre moment fort où il nous a raconté avec émotion pourquoi il est devenu prêtre : il revivait son appel en nous le racontant. C’était bouleversant.

Padreblog : Qu’est-ce qui vous a touchés durant les moments partagés avec le pape?

Loïc : Lors d’une pause, le pape s’est inquiété de savoir si ses réponses n’étaient pas trop simplistes. Je lui ai dit que sa simplicité permettait au contraire à tout le monde de comprendre et d’être touché. Son style très accessible est une belle manière d’honorer la clameur des pauvres qui s’exprime dans ces questions.

Christian : Ce qui m’a marqué, c’est que le pape a la tête sur les épaules, il est solide ! Son secrétaire a dit le lendemain : « le pape a trouvé les questions de Christian très pertinentes ». C’est une grande grâce pour nous d’avoir rencontré le Saint Père.

Loïc : On dormait à Sainte Marthe. On croisait donc régulièrement le pape dans les couloirs, au réfectoire. Nous avons été très frappés par son attention à chacun. 

Pierre : Il est comme un grand-père qui reçoit ses petits-enfants. A la fin des entretiens, il voulait remettre un livre à chacun de nous. Comme il en manquait deux, il est allé lui-même en chercher pour être sûr que tout le monde reparte bien avec un cadeau. Cela montre son attention pour chacun.

Loïc : Il nous a aussi confié sa douleur de ne plus pouvoir parler sans que tout le monde ne s’enflamme sur ses propos, ne prenant même pas la peine de comprendre ce qu’il veut dire. A peine l’encyclique Fratelli tutti était-elle sortie, qu’on lui tombait dessus parce qu’il disait « tous frères » et non « tous frères et sœurs », sans voir que c’était une citation de François d’Assise !

Pierre : On en a d’ailleurs fait l’expérience ces derniers jours. Car, dans le livre, à la question « avez-vous déjà été amoureux ? », le pape confie avoir eu une fiancée avant d’entrer au séminaire. Des médias people se sont immédiatement emparés de cette prétendue révélation en se permettant d’ajouter qu’il était encore en contact avec elle et même qu’il en serait encore amoureux ! Heureusement, ce buzz n’a pas trop pris. Mais cela montre que la parole du pape est souvent instrumentalisée, déroutée. Qui prend la peine de lire vraiment ce qu’il écrit ? 

crédits: Ange Provost

Padreblog : Quel impact espérez-vous avec ce livre?

Loïc : J’espère que le livre dépassera le cercle catho et que de nombreuses personnes seront touchées par la simplicité et la sincérité des réponses du pape. Ces questions viennent des périphéries de notre monde, on espère donc que ses réponses rejoindront ces périphéries. Des journalistes, parfois anticléricaux assumés, qui ont déjà lu le livre ont été touchés que le pape honore ainsi la parole des pauvres. Ce livre donne l’image d’une Eglise attentive aux plus faibles, ce qui est le cœur de sa mission. J’aimerais aussi qu’en lisant ce livre, les gens qui se sentent loin du pape, puissent apprendre à mieux le connaître et à l’aimer…

Pierre : … et par le pape, « le doux Christ sur terre » comme dit sainte Catherine de Sienne, à découvrir Jésus !

Christian : Le pape ne s’est pas contenté de répondre à nos questions. Il nous a aussi posé des questions pour apprendre de nous, les pauvres. 

Pierre : Mon espérance est effectivement que ce livre témoigne d’une Eglise « pauvre, pour les pauvres ». Une Eglise qui apprend à se laisser questionner et enseigner par les pauvres, ça, c’est révolutionnaire !

Christian : J’ai rencontré un journaliste qui avait les larmes aux yeux en parlant du livre, signe qu’il peut vraiment toucher !

Père Jean-Baptiste Siboulet

Père Jean-Baptiste Siboulet

Diocèse de Nantes, ordonné en 2017, prêtre de la communauté de l’Emmanuel (emmanuel.info). Licencié en droit et en ecclésiologie/œcuménisme. En ministère à la paroisse Sainte-Madeleine de Nantes. Aime le piano, le rugby, l'auto-stop et la rando.

Partager