Scroll To Top

Benoît XVI : humble et libre, jusqu’au bout

Publié le 13 Fév 2013 à 16:46 Divers 4 commentaires

La surprise est passée ; mais il reste l’émotion et peut-être encore le trouble. Quels enseignements tirer de cette décision du pape Benoît XVI de renoncer à sa charge d’évêque de Rome ?

Il faut d’abord le dire : le pape avait tout à fait le droit de remettre sa charge. Benoit XVI a juste estimé que c’était aussi son devoir. Nombreux ont été ceux qui ont rappelé ses propos dans le livre d’entretiens avec Peter Sewald (2010) « Lumière du monde ». A la question qui lui était posée de savoir si un pape pouvait démissionner, le Saint-Père répondait avec clarté : « quand un pape en vient à reconnaître en toute clarté que physiquement, psychiquement et spirituellement, il ne peut plus assumer la charge de son ministère, alors il a le droit et, selon les circonstances, le devoir de se retirer ».

La liberté d’un homme

Personne ne peut donc demander des comptes au pape. Cette décision personnelle – qu’il a prise en conscience devant Dieu – met en valeur son immense liberté intérieure. Sans calcul ni crainte des commentaires, il fait ce qu’il sait être le mieux pour l’Eglise. C’est aussi pour Benoit XVI, et ceux qui le connaissent ne sont pas surpris, l’expression de sa grande humilité : il est comme il le disait au tout début de son pontificat, « un humble et simple ouvrier de la Vigne du Seigneur ». L’humilité et le recul sur soi sont la marque des grands.
Certains ont osé avancer que le pape était découragé, marqué par les polémiques. C’est mal le connaître. Il n’est pas découragé mais épuisé, usé. En fait, Benoît XVI a juste estimé que ses forces déclinaient, qu’il ne parvenait plus à assumer ses fonctions correctement. « Dans le monde d’aujourd’hui qui va si vite, dit-il, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire pour celui qui gouverne ». On ne le dit pas assez : la charge de mener l’Eglise universelle est immense ! Et le pape a 86 ans.

Démission, désertion, renonciation ?

Le terme renonciation serait plus exact. Même si « démission » a le mérite d’être clair pour tout le monde. Mais il ne s’agit certainement pas d’une désertion. Le pape continue d’être évêque, de prier, de célébrer la messe, de dire son bréviaire, d’aimer et de servir l’Eglise. Il n‘abandonne pas la Foi chrétienne !

Et ceux qui invoquent l’exemple de Jean-Paul II ne devraient pas oublier que le pape polonais avait sérieusement pensé à démissionner. Il ne l’a pas fait : c’était sa décision. Le battant, le sportif, le combattif qui était en lui, lui dictait une autre conduite.
Benoit XVI prend un autre chemin, parce qu’il est un autre homme : un théologien, un méditatif et un doux. Sa manière de gouverner est de s’effacer parce qu’il estime, humblement et en conscience, que c’est le meilleur service à rendre à l’Eglise.
Le témoignage est fort : Jean-Paul II nous a enseigné comment mourir. Benoit XVI, lui, nous enseigne comment accepter nos limites.

Et maintenant ?

Gardera-t-il son nom et sa soutane blanche ? Que fera-t-il précisément ? Il est prématuré d’imaginer la situation nouvelle ; laissons les spécialistes l’envisager. Ne rentrons pas non plus dans le jeu des petites phrases et des pronostics. Le conclave n’a pas encore commencé et on suppute déjà sur les potentiels successeurs !

Benoit XVI, lui, a déjà annoncé ce qu’il ferait : entrer dans la prière. Il va commencer son grand et ultime carême : se préparer à la rencontre, en intense communion avec le Seigneur.

Dès maintenant, place à la prière avec lui !
Prière d’action de grâce pour ces huit années de pontificat.
Prière pour les cardinaux qui se rassembleront bientôt en conclave à Rome.
Prière pour celui qui, Dieu le connaît, sera le nouveau successeur de Pierre.

Quel qu’il soit, nous l’aimons déjà.

_________

L’abbé Seguin participait récemment à une émission de RFI sur ce thème ; écoutez le podcast : 

Le débat du jour – 20/02/2013

(19:31)

À propos de l'auteur :

Abbé Pierre Amar

Abbé Pierre Amar

Diocèse de Versailles, ordonné en 2002. Licencié en droit et en théologie. Auteur de spectacles pour les familles (www.santosubito.fr et www.princedudesert.fr) et de "Internet, le nouveau presbytère" (Artège, 2016) et "Hors Service" (Artège 2019). De 2013 à 2018, il anime l'émission "un prêtre vous répond" sur Radio Notre-Dame (FM 100.7).