Scroll To Top

Nos livres de l’été 2012

Publié le 27 Juin 2012 à 18:31 Culture 7 commentaires

Glissez-donc quelques livres d’été dans vos valises et sacs de vacances ! En 10 titres (plus un en bonus !), voici la sélection de Padreblog pour bronzer et se cultiver en même temps.

La bataille de l’euthanasie par Tugdual Derville. Une enquête minutieuse et captivante qui montre comment l’émotion médiatique peut être utilisée pour manipuler l’opinion. Un ouvrage qui se lit comme un roman policier. Une question d’actualité brûlante qui nous concerne tous, un jour ou l’autre … (Salvator, 230 pages ; 18.50 €).

Kiffe la France par Jean-François Chemain. Un récit coup de poing sur l’expérience d’un prof chrétien, qui a échangé sa brillante carrière de cadre dirigeant pour un engagement volontaire dans un collège public de Zep. Au milieu de ce ghetto scolaire, il affirme son immense espérance sans nier les difficultés. Entre les lignes, on a l’impression que se vérifient soudainement les propos de Jean Vanier : « on dit souvent : si tu changes, je t’aimerai. Ne serait-il pas plus juste de dire : si je t’aime, tu changeras, et moi aussi ? ». Un livre à lire de toute urgence, vraiment (Via Romana, 235 pages ; 20.50 €).

Mon Concile Vatican II par Joseph Ratzinger. Les divisions qui se sont fait jour au moment du Concile Vatican II ont resurgi avec l’élection de Benoît XVI. Considéré comme un tenant de la réaction conservatrice, beaucoup ignorent encore la place importante qu’a pu occuper le jeune abbé Ratzinger comme expert au Concile. Inédit en France, ce document exceptionnel rassemble les prises de positions du futur pape au cours de cette étape historique pour l’Église (Editions Artège, 304 pages ; 22  €).

Orate Fratres, la liturgie romaine selon la forme extraordinaire par l’abbé Gérald de Servigny. Pour la première fois, dans la droite ligne du pape Benoît XVI, un prêtre célébrant habituellement la messe dans la forme extraordinaire parle de liturgie avec un ton nouveau, un regard serein et une approche rationnelle en vue d’un enrichissement mutuel.Un livre qui sonne la fin des clivages messe en latin / messe en français.  (Ad Solem, 160 pages ; 21 €).

Les mots ne peuvent dire ce que j’ai vu par Jean-Marc Potdevin. Sous-titré « l’expérience mystique d’un business angel » cet ouvrage s’adresse à la fois aux non-chrétiens et aux chrétiens. L’auteur, baptisé et en fait « mal-croyant », raconte comment le Seigneur a employé de grands moyens pour le repêcher. Le récit d’une conversion assez radicale (Editions de l’Emmanuel, 192 pages ; 17 €). 

Youcat – Le livre de prière. Complément du « Youcat – Le Catéchisme de l’Église catholique » il a été réalisé par la même équipe éditoriale. Il sera aussi utile à tous ceux qui, quel que soit leur âge, veulent se mettre à prier … même en vacances ! Les entrées sont nombreuses et variées : « école de prière » offrant aux lecteurs des conseils pour prier ; guide de prière avec des extraits de psaumes, des textes des pères ou d’auteurs et de mystiques de diverses traditions spirituelles ; prières pour toute situation : louer le Père, écouter le Fils, demander l’Esprit-Saint, être appelé et répondre, appeler dans la détresse, prier avec la Mère de Jésus, etc. (Bayard Fleurus Le cerf, 176 pages ; 10 €).

La Bible face au Coran par le Père François Jourdan. Après « Dieu des chrétiens, Dieu des musulmans », qui a connu un vrai retentissement, le père François Jourdan récidive avec cette nouvelle incursion du côté des fondements de l’islam. Ses conclusions sont révolutionnaires. Pas à pas, avec le sens de la formule et de la pédagogie, il démontre que la religion musulmane n’est pas biblique, qu’elle ne tire pas ses sources de l’Ancien Testament et que les musulmans ne sont pas des enfants d’Abraham. Un petit livre clair qui refuse la facilité et la paresse intellectuelle, et contribue à une meilleure compréhension des réalités de l’islam (Editions de l’Oeuvre, 160 pages ; 18 €).

L’évangile selon Saint Marc. Oui, vous avez bien lu ! L’évangile, tout simplement … et celui de Saint Marc est le plus accessible. A travers le texte, d’une brièveté et d’une simplicité extrêmes (mais génial d’expressivité), Saint Marc nous fait percevoir le Christ et nous fait vivre auprès de lui. Il nous le donne à lire et à aimer ! Nous vous proposons une lecture lente, dans le silence, terminée – pourquoi pas ? – par une courte prière. Afin de comprendre que Jésus n’est pas un concept mais une personne : à connaître, à aimer et à suivre.

Le second souffle par Philippe Pozzo di Borgo. « Il est insupportable, vaniteux, orgueilleux, brutal inconstant, humain. Sans lui, je serais mort de décomposition. Abdel m’a soigné sans discontinuité, comme si j’étais un nourrisson. Attentif au moindre signe, présent, pendant toutes mes absences, il m’a délivré quand j’étais prisonnier, protégé quand j’étais faible. Il m’a fait rire quand je craquais ». L’histoire vraie de la rencontre improbable du riche privilégié tétraplégique et du jeune beur de banlieue qui a inspiré les réalisateurs Olivier Nakache et Éric Toledano pour leur film « Intouchables » avec François Cluzet et Omar Sy (Bayard, 282 pages ; 14,90 ).

L’homoparentalité en questions par Béatrice Bourges. Un texte simple, précis et argumenté à l’heure où le gouvernement se prépare à accorder aux couples gays le droit au mariage et à l’adoption. Passant au crible tous les arguments en faveur de l’homoparentalité, réunissant les résultats d’une expertise magistrale dans les domaines psychanalytique, sociologique et juridique, Béatrice Bourges démontre la nécessité d’une filiation parfaitement reconnaissable à travers la possibilité de différencier sexuellement ses parents. Elle dénonce les véritables enjeux de société qui se dissimulent derrière la revendication de l’homoparentalité. Un plaidoyer en faveur des différences… vitales. Parce qu’on ne devient pas enfant : on « naît » enfant (Le Rocher, 135 pages ; 16 ).

En bonus, un 11ème livre … ! Par son rythme haletant et fascinant, il méritait un traitement à part.

Il s’agit bien sûr de John Bradburne, le vagabond de Dieu par Didier Rance. La première biographie française de John Bradburne (1921-1979) figure méconnue de sainteté et d’humanité. Héros de guerre, musicien, poète, mystique et martyr – son procès de béatification vient de s’ouvrir – John Bradburne est un véritable personnage de roman. Converti au catholicisme, il cherche sa voie à travers monastères et couvents avant de la trouver : il sera vagabond de Dieu. Lancé sur les routes du monde, il pratique des dizaines de métiers : maître d‘école, fossoyeur, maçon, vendeur, sacristain, éboueur, présentateur de télévision, comédien ou gardien. En Afrique, il découvre un lieu sinistre où une centaine de lépreux attendent la mort. Il décide de vivre avec eux et fait de ce dispensaire une oasis de paix, de foi et de joie. Quand le centre est pris dans la tourmente de la guerre civile, John défend ses amis lépreux contre tous. Rejeté par les Blancs comme par les Noirs, il est kidnappé et assassiné en septembre 1979. Une étonnante aventure spirituelle qui se lit d’un trait (Salvator, 180 pages ; 22 €).

À propos de l'auteur :

Abbé Amar

Abbé Amar

45 ans. Diocèse de Versailles. Licencié en droit et en théologie. Auteur de spectacles pour les familles (www.santosubito.fr et www.princedudesert.fr) et de "Internet, le nouveau presbytère" (Artège, 2016). De 2013 à 2018, il anime l'émission "un prêtre vous répond" sur Radio Notre-Dame (FM 100.7).